· 

L'affaire Weinstein doit être un tournant

Aux États-Unis, plus de 300 personnalités du cinéma s’engagent contre le harcèlement sexuel en lançant le mouvement «Time’s Up» («C’est fini»). Un fonds a été constitué pour soutenir les victimes et faire reculer l’impunité. Trois mois après la retentissante affaire Weinstein et les révélations en chaîne qui ont ébranlé l’industrie du spectacle, un mouvement de femmes a vu le jour à Hollywood pour lutter contre le harcèlement sexuel. Ce mouvement, dont le nom (« C’est fini ») sonne comme un mot d’ordre, a publié sur son site, le lundi 1er janvier, une «lettre de solidarité » destinée aux victimes, relayée par de nombreux médias, dont le « New York Times ». Cette prise de conscience et cet élan de solidarité pour que les droits et la dignité des femmes soient respectés doivent à présent être irréversibles aux Etats-Unis comme dans le reste du monde.