· 

Bernard Landry nous manquera

La Délégation générale du Québec à Paris a mis en place un registre de condoléances pour permettre à chacun de rendre hommage à l'ancien Premier ministre du Québec (2001-2003) Bernard Landry. J'ai eu l'occasion d'y écrire un mot que j'aimerais partager avec vous.

 

Aux proches de Bernard Landry, je souhaite transmettre ma sympathie et apporter le témoignage de mon admiration pour cet homme d’exception avec qui j’ai eu l’honneur de converser à quelques reprises, notamment chez lui, à Verchères, en compagnie de Nathalie Simon-Clerc, en 2017. Un florilège d’éloges a été exprimé à l’occasion de sa disparition : les mots d’intégrité, de compétence, d’humanisme, de patriotisme, de hauteur de vue ont été prononcés à juste titre pour qualifier son action d’homme d’État et ses qualités humaines.

 

A mon sens, il représentait le meilleur versant du patriotisme, à savoir l’amour des siens. Bernard Landry aimait le Québec de tout cœur. Il a contribué par cet amour et la vivacité de son intelligence à construire le Québec contemporain. Il aurait voulu pousser le Québec un peu plus haut, un peu plus loin ! Et même si son rêve d’indépendance ne se sera point réalisé de son vivant, il aura inspiré de nombreuses générations et participé à l’émancipation socio-économique et politique de son pays tant aimé !

 

Bernard Landry était par ailleurs un amoureux de la France. A Verchères, chaque souvenir, chaque objet évoquait cet amour. Il était convaincu que les destins de la France et du Québec étaient intimement liés. Nations inséparables par l’histoire, le présent et l’avenir. Il l’avait encore démontré l’été dernier quand, affaibli, il avait tout de même tenu à visiter une ultime fois les châteaux de la Loire, sous le regard bienveillant de la vice-présidente [de Francophonie sans frontières] Marie-Astrid Berry. Un patrimoine emblématique qu’il chérissait.

 

Merci à ce grand ami de la France, à ce bâtisseur d’un Québec fort au sein d’une francophonie accueillante et fraternelle.

 

Solidairement avec sa famille, ses amis, ses frères et sœurs d’espérance.