La Russie, adversaire ou partenaire de l'UE ?

Des relations à assainir

 

Voici plus de trente ans que l’Europe s’est libérée du rideau de fer et des absurdités d’un monde bipolaire marqué par la guerre froide. Avec la disparition de l’Union soviétique, la Russie, l’Europe et ses partenaires transatlantiques ont voulu croire, comme l’ont proclamé les chefs d’État et de gouvernement au Sommet de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe à Paris, en novembre 1990, que « l’ère de la confrontation et de la division en Europe avait pris fin ».

 

 

Vingt-cinq ans plus tard, à l’issue d’une réunion du Conseil OTAN – Russie, une des structures mises en place (en 1999) pour favoriser le rapprochement entre la Russie nouvelle et l’Occident, le porte-parole du président Poutine, Dimitri Peskov, constatait qu’on assistait au « triomphe de la  méfiance mutuelle absolue ».

 

Aujourd'hui, les rapports doivent repartir sur une base saine, en prenant en compte nos intérêts communs, sans renier les valeurs démocratiques européennes.

 

L'influence et le soft power de la Russie

Intervention sur le soft power et l'influence de la Russie dans le monde de Leo VYCKEMANS, Mora NEZAM et Vera AGEEVA dans le cadre de mon à l'EFAP (janvier-février 2021) sur l'influence, le soft power et la diplomatie culturelle.