COLLOQUE INTERNATIONAL à l'ENAP Montréal

Quelle stratégie pour l'avenir de la francophonie?

Le 9 mars 2016, au sein du grand amphithéâtre de l’École nationale d'administration publique (ENAP) à Montréal, les discussions ont porté sur les priorités et les stratégies de la francophonie, sur la géopolitique, la paix et la sécurité, ainsi que sur la création et les médias. Une trentaine d'intervenants de haut niveau s'y sont exprimés devant plus de 200 personnes. En tant que président du comité organisateur, je remercie toutes celles et tous ceux qui se sont impliqués pour sa réussite de ce colloque, fruit de plusieurs mois de labeur.

Télécharger
Programme
Colloque 9 mars francophonie programme.p
Document Adobe Acrobat 3.6 MB

Une réflexion prospective sur la francophonie

Le Président Abdou Diouf considère que « la langue française est notre bien commun. En tant que francophones, nous n’en partageons pas seulement l’usage. Nous partageons aussi la responsabilité de son évolution ». Dans cette optique, ce colloque se veut une occasion privilégiée d’engager une réflexion prospective sur la francophonie civile et institutionnelle. « Pour ce qui est de l’avenir, il ne s’agit pas de le prévoir, mais de le rendre possible », disait Antoine de Saint-Exupéry. Je forme ainsi le vœu que cette journée de réflexion aboutisse à une stratégie permettant de prévoir, de prioriser et de planifier des actions, afin d’orienter la francophonie vers un avenir souhaitable.

 

Les prochaines décennies verront s’accroitre la concurrence mondiale des langues, des normes et des systèmes de valeurs. Dans ce contexte, la francophonie doit mettre toutes les chances de son côté en faisant le pari de la créativité, de la mobilité, du regain de formation et d’information, de l’interconnexion des réseaux et de l’influence normative. La francophonie est une communauté de langue et de destin, complémentaire des unions régionales, au sein de laquelle de multiples solidarités se tissent. Le grand dessein francophone, au-delà de la défense de la langue française, consiste à promouvoir la diversité des expressions linguistiques et, par là même, des manières de voir le monde, de le raconter et de le réinventer. Il s’agit donc de garantir les conditions du foisonnement de l’esprit humain, dans toutes ses déclinaisons polyphoniques. Oui, la diversité linguistique est gage de paix et de créativité. Elle est aussi utile aux grands équilibres de la culture que la diversité biologique l’est à ceux de la nature.

 

Soyez assurés que nous nous efforcerons de porter les conclusions des travaux de ce jour à la connaissance des décideurs, notamment au XVIe Sommet de la Francophonie qui se tiendra à Antananarivo en novembre prochain. Car enfin, la francophonie n’est pas seulement un sujet de colloque, c’est surtout un combat à mener, un idéal à porter, une cause à défendre et à incarner. Déterminant sera notre engagement collectif pour favoriser l’avenir de la langue française et l’épanouissement de ses locuteurs dans les prochaines années. En définitive, l’avenir de la francophonie se prépare maintenant et avec vous !

(Benjamin Boutin, édito, programme du colloque)

actes audiovisuels du colloque