Mon parcours au Canada

J'ai eu la chance de contribuer à la vie sociale, universitaire et culturelle du Québec et du Canada francophone à travers diverses expériences. 

Directeur exécutif de l'Association nationale France-Canada (2019-2021)

Fondée en 1949, l'association nationale France-Canada a pour but de développer les liens franco-canadiens dans tous les domaines de la société. D'abord recruté comme responsable des échanges et des partenariats francophones, j'ai été nommé directeur exécutif en 2020. L'association entretient des liens forts avec l'Ontario où vit une importante communauté francophone, ainsi qu'avec le Nouveau-Brunswick, foyer acadien plurilingue. En 2019, nous avons contribué à mieux faire connaître l'offre de formation universitaire ontarienne aux lycéens et étudiants français grâce à un tour de France. Nous avons également fait venir à Paris une délégation de jeunes leaders dans le domaine de la boulangerie pâtisserie de l'établissement La Cité à Ottawa et les avons mis à l'honneur lors de l'impressionnante fête du Pain sur l'île de la Cité. Depuis plusieurs années, France-Canada centre son action sur la jeunesse, l'entrepreneuriat et la culture. Elle décerne un prestigieux prix littéraire et continue de faire vivre, avec ses comités locaux un peu partout en France, l'amitié qui nous lie avec le Canada - dont la France a été l'une des puissances fondatrices.

Vice-président de la Fédération France-Québec / francophonie (2019-2020)

En juin 2019, j'ai été élu vice-président de la Fédération France-Québec / francophonie, une fédération associative créée en 1968 sous le nom de France-Québec dans la lignée de la visite historique du président Charles de Gaulle au Québec.

 

Aujourd'hui forte de 2500 membres et de 54 régionales, ma mission est de mener une grande consultation pour l'avenir de la Fédération. En septembre 2019, j'ai réuni un premier comité stratégique pour dégager de grands constats sur l'évolution de la relation France-Québec et avancer des propositions concrètes en matière de jeunesse, d'économie et de culture. Je remercie les responsables et experts qui se sont joints à Caroline Rauzy, secrétaire-générale-adjointe, Marc Pinelli, délégué jeunesse et francophonie et moi-même : Louis DUVERNOIS, sénateur honoraire et président de l'ADIFLOR Marthe Nagels, chargée de projets à l'OFQJ, Laurent Veyssière, co-président de la Commission franco-québécoise sur les lieux de mémoire communs, Marie Christine ABISKA, déléguée générale de Jeunesse et Reconstruction, Pascal Dujardin, directeur de PHD Interactif, Joséphine LUCAS, présidente de Guyane-Québec (par visioconférence). De nombreuses personnes ont par la suite été auditionnées en interne et dans la sphère de la relation France-Québec, de la francophonie et du monde associatif. 

 

Dans cette entreprise de réflexion stratégique, j'ai également réuni en octobre 2019 les partenaires historiques de la Fédération, à savoir la Délégation générale du Québec à Paris représentée par M. Jean-François NORMAND et l'Office franco-québécois pour la jeunesse (OFQJ) représenté par Mme Armelle DUGUE. L'importance de mieux ancrer notre action dans (et avec) les collectivités territoriales a été rappelée par la présence de M. Bernard RULLIER, conseiller au Sénat et de M. Quentin DELORME, conseiller à l'Association des maires de France et des présidents d'intercommunalité. La solidarité inter-associative et la vision entrepreneuriale sont également cruciales pour partager des solutions. Merci à Mmes Marie-Christine ABISKA, déléguée de Jeunesse et Reconstruction, à Charlotte DEBRAY, déléguée générale de la Fonda, ainsi qu'à Rachelle SORIN, directrice générale de la BNC et administratrice du CDEFQ pour leurs précieux conseils.

Ma mission s'achève en juin 2020 concomitamment au lancement d'une grande consultation de tous les membres élaboré en concertation étroite avec l'organisme associatif La Fonda.

Cette mission impose également de se rendre à la rencontre des acteurs de la relation franco-québécoise. Je me suis ainsi rendu au Congrès Territorialis à Arras en octobre 2019 pour participer à de beaux échanges France-Québec-Afrique avec Christophe Verger, vice-président du Syndicat National des directeurs généraux des collectivités territoriales ainsi qu'avec Claude Perinet, président de l'Association des directeurs généraux des municipalités du Québec. Les collaborations internationales entre cadres dirigeants nourrissent les réflexions sur les enjeux d'administration publique, permettent d'échanger des bonnes pratiques et d'aboutir à des actions concrètes d'amélioration du bien-être des populations. Comme diplômé de l'École nationale d'administration publique du Québec, je suis particulièrement sensible à cette dimension des échanges France-Québec.


Député au Parlement francophone des jeunes des Amériques (juillet 2018)

Organisé en partenariat avec l’Assemblée parlementaire de la Francophonie, le PFJA est l’occasion de réunir francophones et francophiles autour d’objectifs communs : travailler à la pérennité de nos institutions parlementaires et contribuer à la mise en valeur d’une Francophonie unie par sa langue française, sa diversité culturelle et son engagement citoyen. J'ai eu le plaisir d'y participer en juillet 2018 à l'Assemblée nationale du Québec.

Du 8 au 15 juillet 2018, j’ai eu la chance de prendre part au Parlement francophone des jeunes des Amériques (PFJA). Cet événement international, organisé par le Centre de la francophonie des Amériques (CFA) à Québec, berceau de la francophonie américaine, réunit des personnalités engagées « dans une démarche de réflexion et de co-construction d’un monde meilleur, plus juste et plus inclusif de nos différences », selon le président-directeur général du Centre, Denis Desgagné. Cette rencontre d’entrepreneurs sociaux, venus partager des expériences et des connaissances, s’accompagne d’un exercice de simulation parlementaire favorisant l’interaction entre l’organe politique, la société et les médias. En tant que parlementaire, j’ai travaillé pour ma part sur le projet de loi relatif à la sécurité et à l’ordre public.


Diplômé de l’École nationale d’administration publique avec grade de maître en administration publique (internationale) décerné par l'Université du Québec (octobre 2016)

Et obtention du certificat de Jeune administrateur de la relève, délivré par l'Institut de la Gouvernance des organismes publics et privés (IGOPP) à Montréal


Recherchiste à Radio-Canada (Printemps-été 2016)

En 2016, j'ai eu le privilège de travailler comme recherchiste à ICI RDI, chaîne d'information de Radio-Canada aux côtés de la crème des présentateurs canadiens dans les domaines des affaires publiques, économiques et internationales.


Vice-président de l'Association étudiante de l’École nationale d'administration publique - ENAP à Montréal, Québec et Gatineau (2015-2016)

Mon expérience d'élu étudiant m'a amené à réaliser de nombreuses actions collégiales dans le but d'améliorer les conditions d'étude et d'animer la vie de nos différents campus de Montréal, Québec et Gatineau pendant un an et demi.

Les amis du Professeur Sabourin réunis le 1er décembre 2015

Dans le cadre de mes fonctions électives de vice-président de l'association étudiante de l'ENAP, j'ai eu l'honneur de rendre hommage le 1er décembre 2015 à un homme d'exception qui a dépensé sans compter son énergie au service de la coopération internationale dans le domaine de l'éducation. Ce frère jumeau de Paul Gérin-Lajoie a réuni ses amis à l'ENAP de Montréal pour son départ en retraite.

2015 & 2016 / organisation d'une mission d'étude et d'un colloque

L'avenir de la francophonie

Le 9 mars 2016, au sein du grand amphithéâtre de l’École nationale d'administration publique (ENAP) à Montréal, les discussions ont porté sur les priorités et les stratégies de la francophonie, sur la géopolitique, la paix et la sécurité, ainsi que sur la création et les médias. Une trentaine d'intervenants de haut niveau s'y sont exprimés devant plus de 200 personnes. En tant que président du comité organisateur, je remercie toutes celles et tous ceux qui se sont impliqués pour sa réussite de ce colloque, fruit de plusieurs mois de labeur.

La Francophonie à l'ONU

En visite à la Représentation permanente de l'OIF auprès des Nations Unies
En visite à la Représentation permanente de l'OIF auprès des Nations Unies

Les 88 États et gouvernements membres, membres associés ou observateurs de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) représentent environ un tiers des États-membres de l'Organisation des Nations unies (ONU). De plus, 40% des Casques bleus sont déployés dans l'espace francophone. Un effort important est déployé par la représentation permanente de l'OIF à l'ONU (photo ci-contre, prise en 2015) pour promouvoir l'usage de la langue française dans ces missions de maintien de la paix, ainsi que les valeurs de la francophonie à l'ONU. Le groupe des ambassadeurs et ambassadrices francophones à l'ONU constitue pour cela un important relai d'influence.


Stagiaire du Comité d'action politique France-Québec (automne 2014)

A l'automne 2014, j'ai eu l'honneur d'être sélectionné pour faire partie des cinq jeunes français socialement engagés qui ont effectué leur mission avec le Comité d'action politique France-Québec (CAP FQ). Cela m'a permis de travailler au cabinet du Chef de l'Opposition officielle à l'Assemblée nationale du Québec et de rencontrer un certain nombre d'acteurs politiques et associatifs québécois, dont le Premier ministre Philippe Couillard.

J'avais précédemment eu le plaisir d'accueillir la délégation du CAP FQ (section Québec) à Sciences Po Paris le 27 mai 2014, en marge de la Conférence sur le rôle de l'OCDE dans la gouvernance mondiale que j'avais animée. La délégation québécoise avait alors rencontré et écouté la représentante permanente de la France auprès de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), Madame Pascale Andréani (ici, au centre de la photo).


Avec la délégation française, à l'automne, nous nous sommes rendus le 4 octobre 2014 à la Chambre des communes du Canada. Notre groupe a été reçu par M. Emmanuel Dubourg (député libéral), qui nous a parlé de sa conception de l’engagement et de son travail quotidien. Nous avons également échangé sur les liens entre le Canada, la France et Haïti, sur la Francophonie canadienne et sur des questions fiscales et budgétaires. L’après-midi, après avoir assisté au discours du Premier ministre Stephen Harper sur l’engagement des forces canadiennes en Irak, nous avons rencontré Mme Alexandrine Latendresse, députée (NPD) de Louis-Saint-Laurent, membre de l’association parlementaire Canada-Europe. Nous nous sommes entretenus notamment de la place des jeunes en politique, de la représentativité du Parlement et de la situation du bilinguisme au Canada.

Cette jeune députée de 30 ans fut d’ailleurs à l’origine de la Loi sur les compétences linguistiques, sanctionnée le 26 juin 2013, rendant nécessaire la capacité de comprendre et de parler clairement le français et l’anglais pour prétendre exercer certaines hautes fonctions canadiennes (vérificateur général du Canada, directeur général des élections, commissaire aux langues officielles du Canada, commissaire à la protection de la vie privée, commissaire à l’information, conseiller sénatorial en éthique, commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique, commissaire au lobbying, commissaire à l'intégrité du secteur public et président de la Commission de la fonction publique). Notre délégation a grandement apprécié la disponibilité de ces deux députés et le caractère très libre et spontané de nos échanges.

Co-organisateur du projet Défi - Débats francophones internationaux - à la Conférence Olivaint entre Paris et Montréal (2014)

L'objectif du projet Défi est de créer une synergie pour promouvoir le débat francophone international et y associer, par un effet “boule de neige”, le plus grand nombre d’associations de débat francophones à travers le monde. Plusieurs associations africaines ont manifesté leur intérêt pour le projet Défi. 

 

La veille du tournoi, la délégation française, ainsi que la Co-Présidente de la SUCDI, Isabelle Jalliffier-Verne, ont été reçu au Consulat Général de France à Montréal par Messieurs le Consul de France, le Vice-Consul et l'attaché pour la Science et la Technologie. Cette entrevue collective a permis de définir des pistes d'avenir pour l'approfondissement des échanges oratoires au sein de la francophonie.